ombre
 
ombre

logo APM
ombre
Cancer de l'oesophage localement avancé: phase III positive pour la chimioradiothérapie néo-adjuvante

WASHINGTON, 10 août 2018 (APMnews) - La chimioradiothérapie néo-adjuvante améliore significativement la survie globale et la survie sans maladie par rapport à une chirurgie seule chez les patients atteints de cancer de l'oesophage localement avancé, montre une étude chinoise publiée dans le Journal of Clinical Oncology mercredi.
L'efficacité de la chimioradiothérapie néoadjuvante associée à la chirurgie est controversée dans le carcinome épidermoïde de l'oesophage localement avancé, rappellent Hong Yang du Sun Yat-sen University Cancer Center à Guangzhou et ses collègues.
Cette étude de phase III en ouvert a comparé le bénéfice de survie obtenu avec une chimioradiothérapie néo-adjuvante à la chirurgie seule chez les patients atteints de cette pathologie. Elle a inclus 451 patients, à un stade clinique T1-4N1M0/T4N0M0. Ces derniers ont été randomisés entre la chirurgie seule et la chimioradiothérapie à raison de 40 Gray en 20 fractions (5 par semaine) et 2 cycles de vinorelbine et cisplatine, suivis de la chirurgie.
Le critère principal d'évaluation était la survie globale, les critères secondaires la survie sans maladie, le profil de sécurité, le taux de résection R0 et la réponse pathologique.
Le taux de réponse complète pathologique, critère habituel en néo-adjuvant, a été de 43,2% dans le groupe traité par chimioradiothérapie, notent les chercheurs. Par rapport au groupe traité uniquement par chirurgie, le groupe traité par chimioradiothérapie néo-adjuvante a présenté un taux de résection R0 significativement plus élevé, de 98,4% contre 91,2%; une survie globale médiane significativement meilleure (100,1 mois contre 66,5 mois) et une survie sans maladie significativement prolongée (100,1 mois contre 41,7 mois).
Durant la chimioradiothérapie, les effets indésirables de grade 3 ou 4 les plus courants étaient une leucopénie (48,9%) et une neutropénie (45,7%). Les incidences de complications postopératoires étaient similaires entre les 2 groupes, à l'exception de l'arythmie (13% dans le groupe traité par chimioradiothérapie vs 4% dans le groupe chirurgie seule).
"Cet essai montre que la chimioradiothérapie néo-adjuvante améliore significativement la survie globale et la survie sans maladie par rapport à la chirurgie seule chez les patients avec un carcinome épidermoïde de l'oesophage de stade avancé, avec des effets indésirables gérables et acceptables", concluent les auteurs.
Ils précisent qu'une des limites de leur étude est d'avoir été menée en Chine, où la prévalence de cette pathologie est élevée, et des travaux supplémentaires sont nécessaires pour savoir si ces résultats sont applicables dans les pays occidentaux à forte prévalence d'adénocarcinome de la jonction oesophagogastrique.
"Les résultats de cette étude sont importants pour la révision des politiques et la prise de décision lors du choix du traitement pour les patients présentant un carcinome épidermoïde de l'oesophage localement avancé potentiellement résécable", commentent-ils.
(JCO, publication en ligne du 8 août)
cab/cd/ab/APMnews

 


Retour en haut de page
ombre