ombre
 
ombre

logo APM
ombre
Moins de cancers du sein et colorectaux diagnostiqués à un stade avancé entre 40 et 74 ans (registres français)

PARIS, 25 avril 2018 (APMnews) - Il y a moins de cancers du sein et de cancers colorectaux diagnostiqués à un stade avancés entre 40 et 74 ans qu'à 75 ans et plus, montre une analyse des données fournies par les registres français des cancers publiée par Santé publique France et l'Institut national du cancer (Inca).
Ce travail a été réalisé avec le réseau des registres des cancers Francim et le service de biostatistique des Hospices civils de Lyon (HCL). Il porte sur les données recueillies par ces registres sur la période 2009-2012, en France métropolitaine. Les résultats sont analysés en divisant la population en quatre classes d'âges: 15-39 ans, 40-49 ans, 50-74 ans -c'est-à-dire la population cible du dépistage organisé des cancers du sein et colorectaux- et 75 ans et plus.

Sein

Concernant le cancer du sein, 4,7% ont été diagnostiqués avant 40 ans, 16,9% entre 40 et 49 ans, 58,1% entre 50 et 74 ans et 20,3% à 75 ans et plus.
Globalement, sur la période étudiée, 59% des cas ont été diagnostiqués à un stade localisé, seulement 0,5% à un stade local étendu, 29% à un stade avec extension régionale et 12% à un stade avancé. "Cette distribution est restée stable sur l’ensemble de la période", précisent les auteurs de ce rapport.
Dans un communiqué, Santé publique France, l'Inca, Francim et les HCL se félicitent de ce que "6 cancers du sein sur 10 sont diagnostiqués à un stade précoce", et seulement "1 sur 10" à un stade avancé.
Mais des différences se font jour entre les classes d'âges. Les taux de cancers localisés étaient les plus élevés -65%- dans la tranche 50-74 ans, qui est la cible du programme national de dépistage. Ces taux de cancers localisés étaient de 59% chez les moins de 50 ans mais diminuaient à 42% après 74 ans.
Ce résultat semble en faveur du dépistage. Mais il est précisé que "les modalités de diagnostic des cancers étudiés ne sont pas connues". Dans la tranche 50-74 ans, il y a à la fois des femmes ayant répondu aux campagnes de dépistage organisé, des femmes ayant eu une démarche de détection individuelle et d'autres ayant été diagnostiquées suite à un signe clinique.
Chez les plus âgées en revanche, 34% ont été diagnostiquées à un stade avancé, alors que la proportion n'était que de 5 à 6% dans les autres tranches d'âges.
Concernant les traitements, un traitement néo-adjuvant a été réalisé dans 10% des cas. Il était plus fréquent chez les femmes jeunes (29% chez les moins de 40 ans et 16% chez les 40-49 ans).

Côlon

Pour le cancer du côlon, 1,3% ont été diagnostiqués avant 40 ans, 3,1% entre 40 et 49 ans, 46% entre 50 et 74 ans et 49,6% à 75 ans et plus. La proportion d'hommes et de femmes est similaire.
On note, chez les hommes uniquement, une tendance à la baisse de la proportion de personnes de 50-74 ans au diagnostic (de 55,7% en 2009 à 47,2% en 2012) et une élévation de la proportion des plus âgés (de 41,3% à 48,9%).
Concernant le stade du cancer lors du diagnostic, 19,4% étaient au stade local limité, 27% au stade local étendu, 22,2% au stade régional et 32,7% au stade avancé.
Les cancers diagnostiqués à un stade précoce sont plus fréquents chez les 40-74 ans (48%).
A l'inverse, ceux de stade avancé le sont davantage chez les moins de 40 ans (38%) et les plus de 74 ans (37%) qu'à 40-74 ans (environ 27-28%).

Rectum

Les résultats pour le cancer du rectum sont proches de ceux du cancer du côlon: 1,1% de diagnostic avant 40 ans, 3,4% entre 40 et 49 ans, 55,5% entre 50 et 74 ans et 39,9% au-delà. Il y avait 47% de cancers diagnostiqués à un stade local, 20% à un stade d’extension régionale et 34% à un stade avancé.
Pour les trois cancers, malgré la limite déjà évoquée de la méconnaissance de la façon dont a été réalisé le diagnostic, les auteurs se félicitent du fait qu'il y a "une proportion plus importante de cancers diagnostiqués au stade localisé chez les 40-74 ans, tranche d’âge qui inclut la cible des programmes de dépistage organisé".
Ce travail est une première étape. Il sera suivi d’autres publications sur le mélanome cutané, les cancers de la prostate et de la thyroïde, à la fin 2018, et sur le cancer du col de l’utérus en 2019.
fb/ab/APMnews

 
Grand Est: un appel à projets en santé-environnement

La région Grand Est, la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) et l'agence régionale de santé (ARS) ont lancé lundi un appel à projets pour soutenir des initiatives locales en matière de santé-environnement. Cela s'inscrit dans le cadre du troisième plan régional santé-environnement (PRSE3). Le dépôt des candidatures est ouvert jusqu’au vendredi 25 mai 2018 inclus. Le cahier des charges et le dossier de candidature sont disponibles en ligne.
Communiqué de presse de l'ARS Grand Est, 23.04.2018

 
CHU de Tours: un nouveau bâtiment de néonatalogie baptisé "Claudine Amiel-Tison"

Le CHU de Tours a inauguré mardi son nouveau bâtiment de néonatalogie. Il a décidé de lui donner le nom du Pr Claudine Amiel-Tison. Décédée en 2013 à 84 ans, elle était spécialisée dans la neurologie du nouveau-né. Elle a dirigé le centre néonatal de la maternité de Port-Royal à Paris, avant de passer la deuxième partie de sa carrière comme directeur de recherche à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), période pendant laquelle elle a simplifié l’examen neurologique et l'a diffusé aux pédiatres et aux néonatalogistes.
Communiqué de presse du CHU de Tours, 24.04.2018

 
L'AP-HP et Total partenaires sur la recherche et la santé au travail

L'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP) et le groupe Total ont signé un accord-cadre de partenariat. Il répond à deux objectifs: d’une part, développer des actions de recherche dans le domaine de la santé publique orientées prioritairement vers des publics vulnérables et, d’autre part, donner un cadre "précis et rigoureux" à l'appui que peut apporter l'AP-HP pour la santé des professionnels de l'entreprise pétrolière et gazière. Un premier projet présenté par la Fondation AP-HP pour la recherche a déjà été retenu. Il portera sur une étude consacrée à l’accès à la santé des jeunes en difficulté.
Communiqué de presse de l'AP-HP, 24.04.2018

 
Dijon: organisation d'un festival international du film sur le handicap les 8 et 9 juin

Le service de génétique du CHU de Dijon organise les vendredi 8 et samedi 9 juin le festival international du film sur le handicap (FIFH). Il permet de mettre en lumière le vécu des familles autour de cette thématique. Le premier jour sera consacré à une programmation spéciale "enfants", composée d'une série de court-métrages "jeunesse" et "animation". Un partenariat a été créé à cette occasion avec plusieurs écoles primaires et collèges, et un jury d’enfants directement concernés par le handicap. La seconde journée sera consacrée à la projection d’une sélection de longs et courts métrages "adultes". Les inscriptions sont ouvertes.
Communiqué de presse du CHU de Dijon, 24.04.2018

 
L'hôpital Femme-Mère-Enfant des Hospices civils de Lyon fête ses dix ans

L'hôpital Femme-Mère-Enfant des Hospices civils de Lyon (HCL) fête ses dix ans. Il organise à cette occasion une série d'évènements jusqu'à vendredi, tels qu'une exposition de photographies, un forum des associations et des partenaires ainsi que des conférences. L'hôpital Femme-Mère-Enfant des HCL comprend aujourd'hui 472 lits et places, et 40 centres de référence maladies rares. Il emploie plus de 2.200 personnels, dont 680 médecins. En 2017, il a comptabilisé notamment 52.994 séjours d’hospitalisations, 237.144 consultations, 21.705 interventions chirurgicales et 4.679 accouchements.
Communiqué de presse des Hospices civils de Lyon, 23.04.2018

 
Signature du contrat local de santé 2018-2020 à Reims

Le contrat local de santé (CLS) de seconde génération 2018-2020 de Reims a été signé jeudi 12 avril par la ville, l'agence régionale de santé (ARS) Grand-Est, la Préfecture, la région, la caisse primaire d’assurance maladie de la Marne, la caisse d’allocations familiales de la Marne, le département et le rectorat. Il s'articule autour de cinq axes, à savoir un axe transversal sur la coordination, la communication, la coopération décentralisée, la participation citoyenne et quatre axes thématiques. Ces derniers sont: l'environnement favorable à la santé, l'accès aux soins et la prévention des risques sanitaires, la mise en réseau des acteurs de la santé mentale ainsi que la promotion, la prévention et l'éducation pour la santé.
Communiqué de presse de l'ARS Grand-Est, 18.04.2018

 
Cancer chez les personnes âgées: une campagne de sensibilisation sur le territoire du Poitou-Charentes

L’Unité de coordination en onco-gériatrie (UCOG) Poitou-Charentes et le réseau régional de cancérologie ont lancé en avril une campagne de sensibilisation à l’intérêt du diagnostic précoce du cancer chez les personnes âgées. En effet, les personnes de 75 ans et plus représentent 120.000 nouveaux patients chaque année et 20% d'entre elles disent attendre plus d’un an avant de consulter pour des symptômes clairement définis. Ainsi, une affiche nationale spécialement créée et une plaquette assortie qui précisent les signes qui doivent alerter et amener à consulter sont diffusées à tous les cabinets de médecins généralistes et à toutes les officines de ville du Poitou-Charentes.
Communiqué de presse du CHU de Poitiers et du Réseau Onco Poitou-Charentes, 05.04.2018

 
«DébutPrécédent12SuivantFin»

Page 1 sur 2
Retour en haut de page
ombre