ombre
 
ombre

logo APM
ombre
Leucémie aiguë myéloïde: ajouter la lomustine à la chimiothérapie standard améliore la survie chez les patients âgés (étude française)

WASHINGTON, 19 octobre 2018 (APMnews) - L'ajout de la lomustine à la chimiothérapie standard (idarubicine + cytarabine) améliore "considérablement" la réponse au traitement ainsi que la survie globale et la survie sans événement chez les patients âgés atteints de leucémie myéloïde aiguë, montre une étude randomisée française publiée dans le Journal of Clinical Oncology (JCO).
"Chez les patients âgés, la leucémie myéloïde aiguë (LAM) a un mauvais pronostic, avec une survie globale médiane généralement inférieure à 1 an. Il n'y a pas de consensus sur le protocole à suivre après la rémission, lorsqu'une réponse complète est obtenue. Le nombre optimal de cycles de traitement demeure incertain", rappellent Arnaud Pigneux du CHU de Bordeaux et ses collègues.
"Nous avons précédemment rapporté que l’ajout de la lomustine à la cytarabine et à l’idarubicine au cours de l’induction pourrait être bénéfique en termes de réponse et de survie chez les patients âgés atteints de LAM (cf dépêche du 20/05/2010 à 19:25). Une synthèse rétrospective des résultats de plusieurs essais cliniques français a appuyé cette tendance, en particulier dans le sous-groupe de patients à risque cytogénétique non défavorable", ajoutent-ils.
Dans leur étude prospective ouverte de phase III, ils ont randomisé 459 adultes entre une chimiothérapie standard d'induction (idarubicine + cytarabine), à laquelle était ajoutée la lomustine, et cette même chimiothérapie standard, en traitement de consolidation.
Tous les patients étaient âgés de 60 ans ou plus, leur LAM n'avait pas été traitée. Ils présentaient un risque cytogénétique non défavorable et étaient aptes à recevoir la chimiothérapie intensive.
Une réponse complète ou une réponse complète avec récupération incomplète a été obtenue chez 84,7% des patients traités par la lomustine + chimiothérapie standard, contre 74,9% des patients qui étaient traités uniquement par chimiothérapie standard, une différence qui était statistiquement significative.
A 2 ans, la survie globale était significativement améliorée de 56% dans le bras lomustine + chimiothérapie standard, par rapport au bras avec uniquement la chimiothérapie standard (48%). Quant à la survie sans événement, elle s'était améliorée de 41% chez les patients traités par la lomustine + chimiothérapie standard, contre 26% parmi ceux recevant uniquement la chimiothérapie standard.
En outre, l'incidence cumulée des rechutes à 2 ans était de 41,2% dans le bras lomustine + chimiothérapie standard contre 60,9% dans le bras recevant uniquement la chimiothérapie standard.
"Les toxicités de grade 3 ou 4, principalement hématologiques, étaient significativement plus élevées chez les patients traités par lomustine + chimiothérapie standard et après ce traitement, le nombre de patients qui ont eu besoin d'un deuxième [cycle de] traitement était moindre", observent les chercheurs.
Ils estiment que le taux de réponse complète qu'ils ont observé dans cet essai, "environ 80%", un taux élevé par rapport à d'autres études récentes, pourrait être attribué au fait que les patients aient bénéficié de l'amélioration globale des soins de support durant le traitement, en particulier de la prévention des infections fongiques.
"L'administration de lomustine était associée à une toxicité plus élevée, principalement au cours de l'induction, en raison de toxicités hématologiques et donc infectieuses, mais la différence entre les deux bras n'était pas significative", notent-ils.
"Après avoir récemment montré l'intérêt d'ajouter des androgènes aux schémas de traitement chez les patients âgés atteints de LAM, nous confirmons ici que la lomustine devrait également être envisagée de manière plus large dans ces schémas thérapeutiques", concluent-ils.
(JCO, publication en ligne du 27 septembre)
cab/ld/ab/APMnews

 
L'ARS Grand Est et la direction interrégionale de la Protection judiciaire de la jeunesse passent une convention

L'agence régionale de santé (ARS) Grand Est et la direction interrégionale de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) ont annoncé mercredi dans un communiqué commun la signature d'une "convention relative à la promotion de la santé en faveur des jeunes sous main de justice" (des jeunes incarcérés ou faisant l'objet d'une peine alternative ou de mesures d'aménagement de peine, ndlr).
Cette convention s'attache à favoriser "l'accès aux droits sociaux", à "la promotion d'habitudes de vie favorables à la santé" et au "développement des compétences psychosociales", notamment sur des thématiques comme les conduites addictives, la vie affective et sexuelle, l'alimentation et l'activité physique et sportive.
Le partenariat entre l'agence et la direction du ministère de la justice est articulé autour deux axes:
  • le développement de la promotion de santé et du bien-être à la PJJ
  • la prise en charge des jeunes suivis par la PJJ dans une logique de parcours dans l'objectif de "renforcer les coopérations avec les acteurs de la santé, notamment la santé mentale et la psychiatrie"
La mise en oeuvre de cette convention sera assurée par les délégations territoriales de l'ARS et les directions territoriales de la PJJ, tandis qu'un comité de pilotage coordonnera et évaluera son application.
Communiqué de l'ARS Grand Est et de la direction interrégionale Grand Est de la PJJ du 17 octobre

 
Paris: le centre de santé de l'Epée de Bois a rouvert

Le centre de santé de l’Épée de Bois, dans le Ve arrondissement de Paris, a rouvert ses portes lundi, après huit mois de travaux de restructuration et d'extension, a annoncé la Ville de Paris. Cette rénovation financée par la Ville à hauteur de 700.000 € a permis la création de trois cabinets de consultation supplémentaires, avec une augmentation prévisionnelle de 25.000 consultations par an.
L’offre de soins spécialisés est "consolidée avec l’ouverture d’une consultation pour les psycho-traumatismes et l’arrivée de praticiens en rhumatologie, ORL, cardiologie, pédicurie…", précise la Ville. La surface totale, accessible aux personnes en situation de handicap, passe de 350 m² à 520 m².
Le centre participera en outre à la coordination de la prise en charge des parcours de santé des personnes âgées en situation de perte d’autonomie à domicile et au centre, en coopération avec les services hospitaliers du territoire et en s'appuyant sur, notamment, la téléconsultation médecin-infirmière.
Communiqué de presse de la Ville de Paris, le 18/10/2018

 
Inondations: l'Ehpad de Trèbes entièrement évacué

Les 48 résidents de l'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de Trèbes (Aude) ont été évacués mardi matin, a indiqué mercredi à APMnews la direction du centre hospitalier (CH) de Carcassonne, qui gère l'établissement en direction commune. Ils ont été transférés vers les Ehpad voisins, dont les "deux Ehpad du CH de Carcassonne" (Les Rives d'Ôde et Iena).
La décision a été prise "après diagnostic technique de la situation et de la capacité à assurer des conditions d'hébergement correctes pour les résidents". Une expertise est engagée, elle devrait permettre de déterminer l'étendue des dégâts. Les familles des résidents ont été prévenues "par les professionnels de santé" de l'Ehpad de Trèbes, a précisé l'hôpital de Carcassonne.
Le bilan humain des inondations qui ont touché l'Aude était d'au moins 14 morts et 1 porté disparu, selon les chiffres donnés mercredi après-midi par la préfecture.

 
Nouveau partenariat entre le CHU de Limoges et le fonds pour l?insertion des personnes handicapées dans la fonction publique

Le CHU de Limoges a signé mercredi 10 octobre son troisième partenariat avec le Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique (FIPHFP) "afin de pérenniser l’accompagnement des travailleurs en situation de handicap en milieu hospitalier". Un plan d'actions sera renforcé d'ici 2020 en vue du maintien, de l'insertion et de l'accessibilité des personnes en situation de handicap. Sur trois ans, l'établissement va mobiliser 278.000 € et le FIPHFP mettra près de 300.000 € sur la table. Le CHU vise un taux d’emploi direct (hors achats responsables) supérieur à 6% d'ici à 2020. Ce taux d'emploi légal s'élevait à 6,22% au sein de l'établissement au 1er janvier 2017.
Communiqué du 10 octobre du CHU de Limoges

 
Inondations dans l'Aude: l'ADH exprime son soutien aux soignants

L’Association des directeurs d'hôpital (ADH) a salué mercredi l'engagement "indéfectible" du personnel hospitalier, des secours et des services publics qui se sont mobilisés suite aux graves inondations survenues dans l'Aude. Elle exprime son "soutien" et sa "compassion" aux agents ayant oeuvré pour "venir en aide aux populations touchées" et qui ont été "parfois eux-mêmes lourdement impactés par ces inondations", comme le centre hospitalier (CH) de Carcassonne.
L'ADH a également fait part de sa "tristesse" et de sa "compassion" à l'égard des familles et des proches des personnes décédées. La préfecture de l'Aude a fait état mardi soir d'un bilan provisoire alourdi avec 13 morts et 3 personnes portées disparues.
Communiqué de l'ADH du 17 octobre

 
Odyssea 2018: 520.000 euros collectés au profit de Gustave-Roussy

La course-marche Odyssea organisée à l'hippodrome du bois de Vincennes (Paris) le week-end des 6 et 7 octobre a permis de collecter 520.000 euros au profit de la recherche contre le cancer du sein de Gustave-Roussy (Villejuif, Val-de-Marne), dont 100.000 euros donnés par le groupe Printemps grâce à l'opération de shopping solidaire qui se poursuit jusqu'à la fin octobre au Printemps Italie 2, à Paris. L'événement a mobilisé 37.500 personnes. Il s'agissait de la 10e course consécutive organisée au profit de la recherche de Gustave-Roussy. En 9 ans, 4 M€ ont ainsi pu être collectés grâce à Odyssea Paris.
Communiqués d'Odyssea Paris et de Gustave-Roussy

 


Retour en haut de page
ombre