Ganglion, stress et fatigue : quel lien ?

Ganglion stress fatigue

L’apparition de ganglion sur le corps est un phénomène assez fréquent. Mais, c’est un événement qui continue t’inquiéter plus d’un lorsqu’il survient. Plusieurs facteurs peuvent en être la cause (une blessure, une infection bactérienne ou virale, ou encore une affection plus grave notamment un cancer). L’on se demande aussi si sa survenance peut être le résultat d’un état de stress et de fatigue. Voici de plus amples détails sur le sujet dans cet article.

Ganglion stress et fatigue : quel lien ?

Le ganglion est une espèce de petite boule qui apparaît sur différentes parties du corps précisément à l’intérieur des aisselles, sur les cuisses, dans les plis des cuisses, sur le cou, derrière les oreilles, etc. Il s’agit d’une réaction normale de l’organisme. Elle peut être dure ou molle, sensible ou indolore, glisser ou non au toucher en fonction de l’attaque qu’elle combat.

Elle est chargée d’anticorps pour défendre le système immunitaire lorsqu’il est attaqué par des agents pathogènes ou par des cellules étrangères ou en cas de lésions cutanées ou encore en cas d’irritations allergiques. Le ganglion peut aussi survenir pour permettre un nettoyage des parois de la lymphe.

Ainsi dit, cette grosseur apparaît le plus souvent pour signaler un problème de santé qui peut être plus ou moins alarmant. Si l’on se base sur cette conclusion, l’on ne peut parler de ganglion stress fatigue. Autrement dit, ces deux états d’esprit ne peuvent pas être déclarés comme des facteurs pouvant entraîner la survenance d’un ganglion.

Par contre, le fait d’être fatigué ou stressé peut contribuer à l’affaiblissement de l’organisme. Ce qui peut le rendre vulnérable aux agressions venant de l’extérieur. S’il est agressé, les ganglions apparaîtront pour mieux assurer la protection du corps.

Quelles sont les maladies graves responsables de la formation des ganglions ?

Normalement, après quelques jours, le ganglion doit disparaître. Ceci lorsque l’agent pathogène meurt ou quand la blessure guérit. S’il arrivait qu’il refuse de partir, après plus de trois semaines, il faudra alors chercher à consulter un médecin.

Celui-ci pourra effectuer des touchers ou demander des examens cliniques pour voir s’il ne s’agit pas d’un cancer ou une tuberculose ou une sarcoïdose qui serait à la base de la boule. Très souvent, le ganglion de ce genre n’est pas douloureux. Et plus il prend du volume, plus il exerce une pression sur les tissus ainsi que sur les organes situés dans le voisinage.

Ce qui peut être source d’une certaine gêne et de douleur. Cette grosseur cancéreuse s’accompagne la plupart du temps de malaises variés (de la grippe, d’une forte fatigue ainsi qu’une baisse des performances physiques). Dès que l’on ressent ces symptômes ajoutés à la survenance du ganglion, il est important de se rendre chez un médecin pour un diagnostic plus précis.

Ce dernier devra faire un examen physique en palpant la boule pour voir ses dimensions, sa consistance ainsi que ses mouvements par rapport aux tissus cutanés. D’autres examens pourront être demandés pour avoir plus de détails sur cette dernière.

Si c’est une tumeur qui est à la base de son apparition, le spécialiste pourra indiquer à son patient les soins adaptés pour l’aider à combattre l’affection. D’autres pathologies graves peuvent faire sortir un ganglion sur le corps.

Ce sont en l’occurrence la tuberculose et la sarcoïdose. Dans ces cas également, de petits malaises peuvent surgir avec la masse. Il faut alors s’empresser de consulter un professionnel de santé afin de se traiter.

Comment traiter un ganglion ?

Comme indiqué plus haut, cette grosseur n’a normalement pas besoin de traitement avant de disparaître. Toutefois, tout dépend de son origine. Ainsi, si elle est apparue simplement pour protéger le dispositif immunitaire, au bout de 3 semaines, elle doit disparaître d’elle-même. Ce qui implique qu’elle a réussi à rétablir l’équilibre de l’immunité.

Si c’est plutôt une pathologie qui est responsable de la formation du ganglion, il est capital de traiter d’abord le mal qui est sa source. C’est en s’attaquant à sa cause que la grosseur peut s’en aller après guérison du sujet souffrant.

Il ne faut jamais chercher à presser la boule, à la percer avec une aiguille ou à la manipuler d’aucune autre façon. Si le ganglion fait mal, la seule chose à faire est de prendre des antalgiques (de l’ibuprofène, du paracétamol ou encore de l’acétaminophène, et autres) pour pouvoir calmer la douleur.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.