Le liquide interstitiel : Définition, rôle et pathologies liées

liquide interstitiel

La description de l’anatomie humaine est une tentative vraiment complexe. Il existe beaucoup de partie de l’homme dont l’importance du rôle sur la santé est négligée ou peu répandue. Cela peut être à cause de la taille ou de la consistance de la chose. Justement comme exemple palpable, nous disposons du liquide interstitiel qui circule à l’intérieur de nous de sorte à faire vivre nos cellules.

Qu’est-ce que le liquide interstitiel ?

Le liquide est composé en grande partie d’eau, à hauteur de 90 %. Il est clair et incolore à la fois. Le système lymphatique représente l’ensemble des vaisseaux et des ganglions lymphatiques qui servent de conducteurs à la lymphe. Ce mécanisme contribue à la protection de l’organisme contre les répercussions internes. Le liquide interstitiel est alors la solution aqueuse qui se retrouve entre les capillaires sanguins et les cellules de l’organisme. C’est à travers ce liquide que se nourrissent les cellules du corps en nutriments et en oxygène. En dehors de l’eau, il est également composé d’acides aminés, de coenzymes, d’hormones de sels entre autres.

Quel est le rôle du liquide interstitiel ?

Pour assurer la fonction des cellules, leur milieu doit maintenir une certaine composition et une densité constante. Quotidiennement, la substance interstitielle assimile environ 10 litres de liquide en provenance des adiantes sanguins. Le surplus de liquide interstitiel est reconduit dans la transmission sanguine grâce aux réajustements réalisés par le système lymphatique. Encore désigné lymphe, cet excès de liquide joue un rôle essentiel dans le corps humain. En effet, il aide l’organisme à se débarrasser de ses toxines. De surcroit, il mène un combat contre les agents bactériens qui infectent les organes.

Pour enclencher une réaction d’autodéfense immunitaire, des nœuds servant de filtre sont semés sur tout le parcours de la lymphe. C’est également grâce au système lymphatique que le sang est abreuvé en protéine. Par la faute du volume de ses protéines dans le liquide interstitiel, les vaisseaux lymphatiques transportent jusqu’au foie les lipides absorber par l’intestin grêle.

Les possibles pathologies reliées au liquide interstitiel ?

Le fluide intercellulaire peut être entravé par plusieurs anomalies différentes.

Le lymphome non hodgkinien et hodgkinien

C’est un cancer qui prend racine dans le système lymphatique. Cet agent pathogène attaque en premier les nœuds semés par la lymphe. Il se caractérise fortement par un accroissement de la taille des ganglions entrainant une fièvre inexpliquée. Comme autres symptômes, il faut noter de grosses transpirations dans la nuit ou encore une diminution visible du poids. Quant au lymphome hodgkinien, c’est une variante de cancer du système qui se distingue par le surdéveloppement des leucocytes.

Le lymphœdème

Cet agent pathogène est caractérisé par l’accumulation du liquide interstitiel due à des difficultés de circulation de celle-ci. Cette complication souvent causée par un obstacle engendre une obstruction lymphatique. C’est le ballonnement des fibres tissulaires autour des extrémités des parois. Ce risque est le plus encouru si les ganglions lymphatiques ont subi des dégradations ou ont été retirés à la suite d’une maladie. Le danger est évalué en fonction des nœuds affectés.

La lymphangite

C’est une infection contractée par une ou plusieurs artères lymphatiques causées par des bactéries. En apparence, il se décrit par un trajet de couleur rougeâtre et enflée. De la douleur se ressent également couplée d’un dédoublement du volume des ganglions.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.